Chemins de Poussières

Ne remarquez vous pas que l'on supporte l'insupportable et que l'on accepte l'inacceptable ?

dimanche 17 juin 2007

1017.Le vent qui souffle.

cimetiere_vysehrad

Cette photo montre une tombe d'enfants dans un cimetière de Prague. Que l'auteur m'excuse, mais je suis incapable de me rappeler où j'ai pu la récupérer.  Je le disais avant hier mes écrits ne sont pas d'une gaieté folle en ce  moment, certains commentateurs ou commentatrices l'ont d'ailleurs confirmé. Mais comme je l'écrivai aussi, je ne vais pas enfiler le masque de la bonne humeur, du sourire jusqu'aux oreilles. On porte assez de masques comme ça. On joue assez de rôles à longueur de temps. Il y a assez de faux semblants. Personne n'est obligé de venir sur ce carnet, personne n'y est obligé de laisser un commentaire. Celles et ceux qui impriment leurs traces ici le font de leur plein gré, parce qu'ils le veulent. Et ca me fait toujours plaisir. J'ai toujours écrit ici ce que je ressentais, mes révoltes et mes indignations ; mes joies (certaines), mes chagrins (certains), mes incohérences (toutes). Mon existence prend une autre tournure, une autre route. Guidée par un simple mot : essentiel. Je n'emporterai dans mes bagages que l'essentiel, que ce qui a compté et ce qui compte. Rien d'autre. Il n'y a aucun ordre, aucun classement : la littérature, mes livres, tous les livres que je pourrai ; ce métier que j'ai aimé passionnément  et dont on m'a privé, la femme que j'ai toujours aimé parce qu'elle est un fleuve qui coule en même temps que mon sang ; mon fils parce qu'il est ce que j'ai pu faire de mieux, quelques disques de jazz et certaines chansons qui ne me quittent pas, le souvenir de mes amis qui ont fait ce qu'ils ont pu. Le reste n'est qu'illusion, le reste n'est que superflu. Avoir tort, avoir raison.... Quelle importance. Un_soir__Boulevard_Haussman__Paris__d_cembre_2006_Les choses sont ce qu'elles sont, ce qu'ont a fait d'elles ou ce que l'on a laissé faire d'elles. Avoir une grosse gomme, tout effacer, recommencer. Mais j'ai recommencé tant de fois que mes forces m'ont abandonné, mes yeux sont fatigués, mon coeur est usé, mes jambes ne veulent plus avancer on dirait. J'ai du me tromper sur la vie quelque part, ou alors j'ai fait un pari sur elle que j'ai lamentablement perdu ; je me suis lancé sans doute trop de défis, je suis  trop différent , trop anti-conformiste (et en plus sans le vouloir), trop tout finalement. Il n'y a que le silence qui traduit ce que je ressens. Des moments suspendus, comme maintenant, où l'écriture me prend comme une rage, une fièvre qui monte en moi ; une forte puissance qui m'accapare, s'emparant de moi en dévastant tout. Ecrire, encore, toujours ; encore plus. Dire. Descendre plus profond, extirper la masse noire, la regarder en face, lui dire que je ne suis pas dupe.

(Photo personnelle  du bas : Boulevard Haussman, un soir de décembre 2006, Paris)

Posté par Olivier O à 10:00 - Vivre quelque part - Permalien [#]