Chemins de Poussières

Ne remarquez vous pas que l'on supporte l'insupportable et que l'on accepte l'inacceptable ?

vendredi 15 juin 2007

1015.N'avoir envie de rien.

Vide. Je me sens vide. Un trop plein de choses qui n'arrivent pas. Ma patience s'est perdue dans les fleuves de mes tristesses.  Ma vie n'est même plus au ralenti, elle semble s'être arrêtée au pied de ma lassitude. Je sais que je ne suis pas très marrant à lire en ce moment. Mais je ne vais pas sourire jusqu'aux oreilles alors que mon coeur est sous l'eau. J'ai toujours été honnête avec vous. Hier, comme aujourd'hui.
Posté par Olivier O à 15:00 - - Permalien [#]

vendredi 8 juin 2007

1009.Attendre.

Y a comme un goût amer en nousComme un goût de poussière dans toutEt la colère qui nous suit partoutY a des silences qui disent beaucoupPlus que tous les mots qu'on avoueEt toutes ces questions qui ne tiennent pas deboutEvidemmentEvidemmentOn danse encoreSur les accordsQu'on aimait tantEvidemmentEvidemmentOn rit encorePour les bêtisesComme des enfantsMais pas comme avantEt ces batailles dont on se foutC'est comme une fatigue, un dégoûtA quoi ça sert de courir partoutOn garde cette blessure en nousComme une éclaboussure de boueQui... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:00 - - Permalien [#]
lundi 28 mai 2007

1004.Ensemble.

Et quand nos regrets viendront danserautour de nous nous rendre fousSeras-tu là ? Pour nos souvenirs et nos amoursInoubliables inconsolablesSeras-tu là ? Pourras-tu suivre là ou je vais ?Sauras-tu vivre le plus mauvais ?La solitude le temps qui passeEt l'habitude regardes-lesNos ennemis dis-moi que ouiDis-moi que oui Quand nos secrets n'auront plus coursEt quand les jours auront passéSeras-tu là? Pour, pour nos soupirs sur le... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 12:00 - - Permalien [#]
mardi 22 mai 2007

998.Encore.

La vague bleue déferle. Nicolas Sarkozy imprime un train d'enfer, se pose en sauveur de la Nation et joue plus finement qu'il n'a jamais joué. Il est très fort. Il manie l'image avec dextérité. Tout comme les symboles : on ouvre avec Kouchner, on fait parler les ministres positivement, on oublie qu'il y a des législatives ; on oublie tout finalement. Il y a des moments où ce que l'on dit est inaudible : et c'est ce qui se passe actuellement. Les socialistes peuvent dire ce qu'ils veulent ils ne seront pas entendus.... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
vendredi 13 avril 2007

966.Les beaux jours.

L'hiver n'a pas tiré beaucoup de salves cette année. Quelques jours à peine d'une glace effarouchée, des jours d'une pluie timide, presque pas de flocons ; un vent absent. Et puis un avril où l'on dit qu'il ne faut pas se découvrir d'un fil. Un soleil qui brille, des températures qui grimpent et le ciel qui se dégage. Lunettes fumées, bermudas et autres shorts ; j'ai même déjà vu des tongs. Les filles remettent leurs jupes. Ce sont les beaux jours entend on. Tout le monde semble s'en réjouir. Ce n'est pas forcément mon cas. Au moment... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
jeudi 27 juillet 2006

Il me manque

"Ce qui compte, c'est l'intensité d'une vie ; pas sa durée." (Jacques Brel) -photo provenant de la Fondation Brel, Bruxelles-
Posté par Olivier O à 17:04 - - Permalien [#]
mercredi 19 juillet 2006

Rétro-perspective

Et je me rappelle quand j'étais cet enfant courant dans la campagne du midi de la France. Je me regarde dans ce passé en pointillés, voilé par endroits ; je me revois solitaire. Mon père était alors militaire, souvent muté. Ni mon frère ni aucune de mes deux soeurs ne sont nés au même endroit et ma propre naissance doit tout au hasard, ou presque.  Ce temps me semble si lointain, si proche à la fois ; si étrange. Nous vivions à la campagne, dans un espèce de hameau éloigné de tout car mon père travaillait pour ces messieurs de... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:20 - - Permalien [#]