Chemins de Poussières

Ne remarquez vous pas que l'on supporte l'insupportable et que l'on accepte l'inacceptable ?

lundi 23 avril 2007

975.Le lendemain de l'instant T.

Dimanche 22 avril, du côté de Bercy et de la Cinémathèque, Paris.
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]

dimanche 22 avril 2007

974.L'instant T.

Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
jeudi 19 avril 2007

971.Indécence.

Voici un extrait d'un article qu'on pouvait lire dans le journal "Le Monde" au soir du 17 avril dernier : Stimulé par le mouvement de fusions-acquisitions et notamment les offres entourant le géant bancaire néerlandais ABN Amro, le CAC 40 à Paris a progressé de 1,25 %, à 5 861,97 points, un sommet depuis février 2001. A Londres, le Footsie100 a dépassé son niveau de septembre 2000 atteignant 6516,20 points, en hausse de 0,83 %.   Ce mouvement de hausse a été général sur le Vieux Continent : à... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 01:42 - - Permalien [#]
mardi 17 avril 2007

970.La dernière ligne droite.

Ne votons pas dans la peur d'un épouvantail au deuxième tour.....
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
lundi 16 avril 2007

969.Le plein, le vide.

Mon fils est à Paris pour quelques jours, il est venu disputer la finale de la coupe de France pupilles de karaté. Tout cela se passait au Centre National du Judo, porte de Chatillon. Sa mère l'accompagne. Toujours aussi étrange tant d'années après notre séparation de nous retrouver, tous les trois, autour d'une table d'un bistro pour déjeuner. Des moments pleins de vides, de grands vides de silence où chacun reste sur ses gardes ou du moins c'est l'impression que retient l'autre. Le temps qui file entre les doigts, un temps que... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
dimanche 15 avril 2007

968.L'envie.

J'écoutai l'autre soir Edgar Morin sur une radio publique. Il y parlait de la campagne électorale en cours. "Il n'y a pas de grande cause, et on ne peut s'enflammer que pour une grande cause. Dans ma génération c'était la résistance, la génération de 68 croyait que le monde allait changer. S'il n'y a pas un espoir, comment voulez vous qu'il y ait une mobilisation ? Il y a un grand vide dans notre politique." J'ai souvent pensé la même chose, et depuis longtemps. Il me semble clair que tous les candidats manquent de carure,... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]

samedi 14 avril 2007

967.Poses.

Petites filles africaines, Paris, juin 2006 le soir de la fête de la musique ; du côté de la rue du Jourdain XXe arrondissement.
Posté par Olivier O à 04:43 - - Permalien [#]
vendredi 13 avril 2007

966.Les beaux jours.

L'hiver n'a pas tiré beaucoup de salves cette année. Quelques jours à peine d'une glace effarouchée, des jours d'une pluie timide, presque pas de flocons ; un vent absent. Et puis un avril où l'on dit qu'il ne faut pas se découvrir d'un fil. Un soleil qui brille, des températures qui grimpent et le ciel qui se dégage. Lunettes fumées, bermudas et autres shorts ; j'ai même déjà vu des tongs. Les filles remettent leurs jupes. Ce sont les beaux jours entend on. Tout le monde semble s'en réjouir. Ce n'est pas forcément mon cas. Au moment... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
jeudi 12 avril 2007

965.La pancarte.

A l'heure où l'on nous assène un compte à rebours pour le premier tour de la présidentielle comme s'il s'agissait du départ d'une fusée pour je ne sais quelle destination, alors que tout le monde sait pertinemment que rien ne changera quelque soit la personne qui prendra la tête de l'Etat ; alors que l'on ne publie pas les chiffres du chômage en les repoussant en septembre (et que l'on nous fait croire qu'il s'agit de problèmes techniques....) ; que les magazines féminins font tous leurs couvertures du dernier régime à la mode avant... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]
mardi 10 avril 2007

964.Peut être.

J'en suis arrivé à une période mon existence où j'ai envie de vivre. Il peut sembler curieux de dire une chose pareille. Suis je en train de sous entendre que je n'ai pas voulu vivre avant ? Il y a de ca, oui. Dans mon adolescence, j'étais excessivement timide et bien que cela étonne beaucoup de gens j'en garde encore des séquelles. Toujours une impression de gêner, de déranger ; d'ennuyer. J'ai mis pas mal de temps pour assumer mon amour de l'Afrique en général, du peuple Noir en particulier. Non pas par honte. Ou parce que l'on m'en... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]