Chemins de Poussières

Ne remarquez vous pas que l'on supporte l'insupportable et que l'on accepte l'inacceptable ?

mardi 25 juillet 2006

Hauteurs

"Je suis gris de poussière. Même plaisir que celui qui consiste à patauger en pleine boue, à faire l'amour sur un tas de fumier. Je ne me promène plus comme un corps sans âme ni comme une âme sans corps. Je suis un homme. J'existe." (Michel Leiris, L'Afrique fantôme) Ceux qui partent, ceux qui reviennent. Ceux qui restent. La période est propice aux allées, aux venues. Aux oublis divers et variés, aux pensées qui se disent "on verra bien après". La chaleur écrase tout. Elle englue tout, elle déforme tout. Il est... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]

jeudi 20 juillet 2006

S'approcher

Qu'il est difficile d'aborder sa prochaine ou son prochain. Difficile de l'approcher, de lui parler ; tout le monde se méfie, tout paraît suspect. On dirait qu'il faut certains codes, certains mots ; obligatoirement une raison pour parler à son voisin. L'individualisme fait des ravages. Quand je me permets de m'adresser à certaines personnes pour leur demander l'autorisation de prendre une photo je m'expose à des palabres sans fins, je parais étrange et si par malheur je parle simplement d'art, de sensations, d'une impression que je... [Lire la suite]
Posté par Olivier O à 00:01 - - Permalien [#]